Des objets préhistoriques ont été découverts dans les grottes situées sous le bâtiment actuel, prouvant qu'à l'époque paléolithique, ils étaient habités aux âges moustérien, aurignacien et magdalénien. Dans d'autres parties de la forêt, on trouve des traces des murs d'un village gallo-romain entourant ce château. Et construits bien avant l'habitation actuelle sont les restes des fortifications du 11ème siècle. Le lieu s'appelait alors Romette.

Deux parties principales du château actuel qui comprenaient quatre tours fortes et un énorme donjon furent construites en 1475 par Jehan II de Latour. Ce château a été construit sur un éperon rocheux en forme de triangle avec le marais comme défense naturelle. Au nord, la tour Fuye servait de défense. Il était impensable de construire un château autre qu'un château fortifié et défensif après trois siècles de lutte contre les Anglais dans la région.

En 1603 Romette est libérée d'une copropriété vieille de 130 ans grâce à Jacques de Courbon, ayant épousé Jeanne de Gombaud en 1595. C'est alors que les termes «La Roche» et «Courbon» donnent naissance à «La Roche Courbon» qui devient le nom du lieu.

Au XVIIe siècle, la Roche Courbon est transformée par Jean-Louis de Courbon, petit-fils de Jacques, comme on peut le voir dans le tableau du peintre hollandais Jan Hackaert.

Pour la première fois, la lumière du jour a pénétré dans le bâtiment lorsque de larges fenêtres sont installées à l'est et à l'ouest et que le toit a gagné des ouvertures de style lucarne. Soutenu par cinq piliers toscans, un balcon est construit sur des arcades. Pour accéder aux jardins il y a un double escalier, dans les jardins de la propriété coule la rivière Bruant et rejoint la Charente à quelques kilomètres.

On pense qu'une grande partie de l'édifice a été détruite par un incendie au XVIIIe siècle, la propriété a été presque abandonnée jusqu'au moment où le marquis Sophie-Jacques de Courbon a repris la propriété familiale en 1785. Il emménage dans le château et entreprend une série d'améliorations dont l'immense escalier en pierre menant aux étages supérieurs du vestibule.

Suite à des difficultés financières après la Révolution française, les propriétaires ont fait faillite et cette incroyable propriété est restée vide pendant des décennies. Ce n'est qu'en 1920 qu'un entrepreneur local du nom de Paul Chénereau, né juste en bas de la rue à Echillais, a promis de sauver la Roche Courbon. Ainsi, avec son père et un de ses frères, ils ont pris la lourde tâche de restaurer le Château de la Roche Courbon et il a créé la "Société du Domaine de La Roche Courbon" et a fait de l'endroit ce qu'il est aujourd'hui.

Le château fut rénové et meublé de 1928 à 1939. Sous les chevrons en bois, Paul Chénereau construisit une chapelle en forme de coque de navire inversée dédiée à Saint-Michel et dans une grange désaffectée il créa un théâtre rehaussé d'un escalier balustrade et d'un dix-septième porte siècle. La magnifique pièce peinte qui avait été gravement endommagée par l'humidité a été restaurée. Peu à peu, les jardins à la française que l'on peut admirer depuis le château voient le jour.

Le bien, classé monument historique, avait été en partie classé en 1925. Après la seconde guerre mondiale, la totalité du domaine comprenant les jardins et le parc, a été classé monument historique et en 1946 il a été ouvert au public pour créer un revenu. C'était magique pour la population locale de découvrir sa résurrection. Dans les années 60, Paul Chénereau présente une superbe performance «Son et Lumière» avec des acteurs de la Comédie Française.

En 1967, il confie à ses enfants Marie-Jeanne et Jacques Badois la responsabilité de l'entretien du domaine. Avec le soutien financier du gouvernement, trois parties du bâtiment ont été restaurées: la tour nord, le toit du bâtiment principal et la tour sud. Ensuite, les dépendances nord ont été restaurées.

L'étape la plus récente de renforcement des murs et de restauration de la charpente et du toit a été réalisée au cours de l'hiver 2006-2007. En octobre 1990, un bâtiment de 750 m2 a été dévasté par un incendie. Il est aujourd'hui restauré et utilisé pour des événements professionnels et familiaux.

Visitez le Château de La Roche Courbon

17250 Saint-Porchaire

Téléphone : 05 46 95 60 10

Tous les jours, de 9h à 19h de juin à septembre, de 9h à 18h d'octobre à mai.

[email protected]

www.larochecourbon.fr